L’événement du jour

Biennale

Consacrée aux arts numériques, aux performances audiovisuelles, au spectacle vivant en prise avec les nouvelles technologies ainsi qu’aux rapports entre arts et sciences, Némo – Biennale internationale des arts numériques de la Région Île-de-France, présente dans différents lieux franciliens des expositions, spectacles, performances, concerts et rencontres tous les 2 ans. Prochaine édition en 2023 ! 

Archives

2021-2022 – Au-delà du réel ?

Pour la 4ème édition, la Biennale Némo teste la capacité des arts et des technologies à révéler ce qui est invisible, qu’il s’agisse de phénomènes naturels, artistiques ou sociaux. Nombre d’artistes font œuvre de phénomènes astrophysiques, magnétiques, chimiques, nucléaires mais aussi sociétaux, économiques, sociologiques. Par la matérialisation de l’imperceptible, ils produisent de nouvelles cartographies du "réel".
Voir l'édition

2019-2020 – Jusqu’ici tout va bien ?

Pour cette édition, le thématique pose la question : le genre humain est-il appelé à disparaître ? Interrogation posée sous l’angle des nouvelles technologies dont les imaginaires et intelligences artificielles, robotisation et numérisations intégrales, réalités alternatives, post-humanité et transhumanité, néo-nature et post-anthropocène et en particulier les fameuses NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives).
Voir l'édition

2017-2018 – Prosopopées : quand les objets prennent vie

Pour cette édition avec la thématique ‘Prosopopées : quand les objets prennent vie’ la question était la possible autonomie des machines. Avec une trentaine d’installations au CENTQUATRE-PARIS et d’autres ailleurs sur la territoire d’Île-de-France, sans compter une dizaine de spectacles et de performances dans lesquelles les machines prennent leur autonomie et inventent un monde que l’on ne peut qu’observer, ébahis.
Voir l'édition

2015-2016 – Hasard, accident ou sérendipité

Cette 1ère édition se pose la question de la finitude et du hasard, définissant l’humain et la vie biologique en général, aux prises avec la toute-puissance des algorithmes, voire une certaine soumission volontaire liée aux réseaux sociaux, aux objets connectés ou à la domotique. La Biennale Némo a répondu par la créativité des artistes et à leur capacité à organiser le hasard et la dimension critique, réintroduisant l’aléatoire et le libre-arbitre dans notre société numérique de plus en plus prévisible.
Voir l'édition