Chargement Évènements

« Tous les Évènements

Le corps, l’artiste et le chercheur : un week-end arts-sciences au Générateur

25 janvier 2020 - 26 janvier 2020

Le corps, l’artiste et le chercheur : un week-end arts-sciences au Générateur 

Des profondeurs de l’inconscient à la mise en jeu du corps confronté aux vertiges de la science et de la technologie, le week-end propose un parcours multiforme et multisensoriel, intense et ludique dans l’arrière-boutique expérimentale du festival Sors de ce corps ! Chaque expérience est à prendre comme un aboutissement et un point de départ. Création, pause, nouveau départ. Expérience in situ de la recherche qui rencontre la création. 

Musique, performance, arts visuels, on voyagera dans des nuages de spores, on se transportera au cœur du son et de la lumière. On réinventera joyeusement les codes du débat scientifique autour d’une table. Les boucles sonores de RADIOBAL et l’invitation à danser seront aussi de la partie, tout le week-end. 

En co-réalisation avec l’ADAMI, le Générateur, la Scène de recherche de l’Ecole normale supérieure Paris-Saclay, l’EnsadLab, laboratoire de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs (EnsAD, Université PSL, Paris), et la Chaire arts & sciences de l’École polytechnique, de l’EnsAD-PSL et de la Fondation Daniel et Nina Carasso. 

 

Crédit Photo en Une – Performance de NSDOS

 

Premier jour (samedi 25 janvier) 

Aurélia Ivan :  Module 2 / La reconstitution 

Venant de l’univers des arts de la marionnette, Aurelia Ivan travaille depuis dix ans autour des questions liées à la présence de corps – objet / corps. Depuis 2014, la chorégraphe a bénéficié de résidences au Centre Technique de Lardy du Groupe Renault, là notamment où sont pratiqués des crash-tests, pour améliorer la sécurité des automobilistes. Les actes violents et traumatiques pour le corps humain sont là distanciés de tout affect par le stratagème d’un artefact qui remplace le corps humain par un mannequin biofidèle, dont le rôle est ici réduit à une quantification de l’impact. 

Dans ce contexte industriel hyper-sécurisé, Aurélia Ivan cherche à déplacer les frontières entre corps et espace, et, ce faisant, à élargir les registres des arts de la marionnette et de la scène. 

Christine Armanger et Justine Emard : Dance Me Deep – prototype

Dance Me Deep – prototype est un projet de recherche sur les manifestations de l’inconscient, une plongée dans les profondeurs oniriques, un dialogue entre danse et technologies 3D. Le contenu de la pièce repose sur une collecte de matériaux nocturnes (rêves, cauchemars, mouvements) d’une interprète somniloque. Alors qu’un bras robotisé d’impression 3D va retranscrire ses rêves et cauchemars en objets, elle cherche à retrouver et écrire par la danse la trace de la nuit. Au fur et à mesure que les objets imprimés s’accumulent dans l’espace, le corps de l’interprète se retrouve inscrit dans la poétisation manufacturée de sa cartographie mentale. 

Photo : Justine Emard / Adagp, Paris 2019 & Christine Armanger

 

Elizabeth Saint-Jalmes et Cyril Leclerc : Mushroom Riot

Mushroom Riot interroge notre relation au soin. Au travers de matières plastiques, sonores, scientifiques et poétiques, le projet questionne le pouvoir thérapeutique du champignon hallucinogène –le psilocybe cubensis.

Aujourd’hui certains scientifiques-neurologues, psychiatres et chercheurs étudient l’efficacité du principe actif du champignon hallucinogène, la psilocybine, comme antidépresseur, anxiolytique et anti-addictif.

Associé aux remèdes ancestraux, il se place comme une puissante alternative à la médecine officielle et aux industries pharmaceutiques.

Mushroom Riot propose une plongée poétique, réflexive et contemplative dans le domaine de la médecine psychédélique.

Cette « politique du champignon » dévoile également ses ramifications sur le site internet mushroomriot.org, plateforme d’échanges et d’informations.

 

 

Sylvain Darrifourcq : FIXIN

Le mouvement transhumaniste espère augmenter nos capacités intellectuelles et physiques. Mais que se passe-t-il lorsqu’un artiste applique les progrès techno-scientifiques sur le corps d’un musicien ? FIXIN est une performance qui met en scène le corps d’un musicien « augmenté » par une multitude de moteurs et d’outils numériques. Sylvain Darrifourcq souhaite interroger la mécanisation du geste humain et l’humanisation de la machine.  

 

Deuxième jour (dimanche 26 janvier)

■ Posters brunch : manger les arts et les sciences 

Le Posters brunch : manger les arts et les sciences propose une expérience inédite de discussion réunissant artistes, chercheurs et grand public autour d’une table pour débattre d’un enjeu de recherche artistique et scientifique. Chacune des 8 a 10 tables aura son thème et son enjeu, choisi dans les grands champs de travail explorés par le festival Sors de ce corps !. Inspiré des « Poster sessions » scientifiques, dispositif bien connu dans les congrès scientifiques, le Posters brunch s’approprie les codes de la discussion scientifique pour mieux les détourner. Armez vos papilles et aiguisez votre curiosité. On parlera sciences cognitives, astrophysique, états de conscience modifiés, automates et corps augmentés, ou encore alimentation, avec poésie, dérision et subversion. La bouche pleine, bien sûr. 

NSDOS & Antoine Bertin : performance binaurale

Antoine Bertin crée des expériences immersives qui assemblent son binaural, storytelling interactif et matières tangibles. Il a aidé NSDOS pour enregistrer son premier album en Alaska sur toute la partie d’ingénierie (Capteurs, micro binaural, station sonore). 

Ensemble, ils proposent une performance sonore durant laquelle le public, muni de casque et séparé en 2 groupes, va entrer en totale immersion avec la musique de NSDOS grâce au son binaural, une technique qui restitue l’écoute naturelle en trois dimensions   et à des informations données au micro pour faire évoluer les deux groupes dans l’espace. 

■ Molécule : Pandora Live

Pandora Live, conçu par Alexandre Quaranta et Romain De La Haye-Sérafini, propose une expérience d’immersion sensorielle qui allie création sonore live et technologie des lampes PandoraStar, qui agissent par effet stroboscopique et induisent des états de conscience modifiés proches des pratiques les plus avancées de la méditation. Le dispositif engage plusieurs vagues de spectateurs à vivre cette expérience sonore et visuelle hors norme. L’expérience, intime et unique, invite chaque spectateur à construire son voyage en fonction de ses propres caractéristiques neuronales ! 

 

Tout au long du week-end

RADIOBAL 

Fil rouge, chambre d’écho, salon radio permanent, boucle rétroactive et participative : la radio des Beaux-Arts s’installe au Générateur et fabrique en live, avec intervenants et spectateurs, la chronique des péripéties artistiques et scientifiques du week-end. Accidents, scories, aspérités et surprises : connectez-vous sur RadioBal et vivez l’épaisseur de l’événement amplifiée par les ondes radio. 

■ Xavier Boissarie : Application à danser

Application à danser est un dispositif nomade pour amener chacun à composer sa danse à partir des gestes et déplacements du quotidien, pour les détourner, les accentuer, les transformer et composer une séquence chorégraphiée individuelle ou collective. Le projet s’inscrit dans une dynamique initiée dans les années soixante avec des pionniers comme George Brecht et Anna Halprin et portée actuellement par de nombreux chorégraphes comme Mylène Benoit, Jérôme Bel, Noé Soulier, Myriam Gourfink... L’objectif est d’amener la danse dans de nouveaux espaces, contextes et milieux : à l’école, au collège et au lycée, au musée, dans l’entreprise… 

 

[ INFOS PRATIQUES ]

Le Générateur, Gentilly (94) 

Le 25 et 26 janvier, programme complet, horaires et réservations (indispensables) à partir de décembre 2019 :  https://legenerateur.com

Détails

Début :
25 janvier 2020
Fin :
26 janvier 2020
Catégories d’Évènement:
, ,
Site Web :
https://legenerateur.com/

Lieu

Le Générateur
16 rue Charles Frérot
Gentilly, Val-de-Marne 94250
+ Google Map
Téléphone :
01 49 86 99 14
Site Web :
http://legenerateur.com